De la place et de la politesse

 La suite de mes notes…

Dumneata : classique écueil. Ce pronom personnel n’a pas de véritable équivalent en français. Le plus souvent, il marque le respect. Dans sa variante à la 3ème personne du pluriel, Dumneavoastră (l’équivalent, en italien par exemple, de Lei, qui prend d’ailleurs également une majuscule) c’est simple, c’est l’équivalent de notre « vous » de politesse.

Dumneata n’est pas un « vous », et pourtant marque une certaine distance. Ce n’est pas non plus un « tu » qui serait trop familier…

Par ailleurs, quand il est utilisé par les personnes âgées, dans leur conversation avec une personne plus jeune, ce « Dumneata » est parfois teinté de condescendance. Dans le contexte qui est celui de ce passage de Solenoïde, je choisis d’utiliser « vous », et lorsque j’ai l’occasion, à une ou deux reprises, je place un « jeune homme » : cette manière de dire « jeune homme » qui installe chacun des interlocuteurs bien à sa place. Ce faisant, j’espère avoir, à la fois respecté le texte et donné au texte français ce petit quelque chose d’insaisissable lui donnant aplomb et vérité. Lui attribuant une place, en fin de compte.

Je perds peut-être quelque chose de l’original, mais là, il y a une véritable impossibilité, un espace, un manque, une once de « part des anges ». Enfin, je me dis : toutes ces réflexions que je me fais sur la « distance », « la place » des interlocuteurs, l’un par rapport à l’autre, elles marquent la richesse et la variété des relations humaines qui sont de différentes qualités et s’articulent différemment selon les pays et les langues.

Une question, p. 77 qui peut paraître trop simple : « maestro Tesla ». J’écris d’abord « maître ». Mais ce terme de Maestro, j’ai vraiment l’impression de devoir le réserver au domaine musical… « Maître », est-ce que cela peut fonctionner ? N’est-ce pas celui qui domine ou qui enseigne ? Ici, l’homme parle avec admiration de Tesla… « Le grand Tesla« , « le savant » ? Je choisis pour l’instant Maître avec une majuscule…

Ce sera finalement « maître » tout simplement, et cela ne me choque plus du tout. Parfois, le traducteur traduisant complique les choses inutilement. Heureusement, il sait se transformer en lecteur critique, lorsqu’il se relit [Et à cet instant, je me relis et je me pose de nouvelles questions sur ces notes mêmes. Stop! Je m’arrête là. Le principe de ce Journal de traduction est bien de conserver la vision sur ces hésitations dans le processus traductif, sur mes allers et retours entre différentes solutions.]

Donc : « Il avait vécu dix ans aux États-Unis, avait travaillé pour Tesla (qui pour moi n’était alors que le nom d’une radio), et son solénoïde était, d’après ce que je comprenais, un prolongement des recherches du maître dans le domaine de l’électromagnétisme »

Deux pages plus loin, p.  79 « ventre »… petit détour par le dictionnaire pour découvrir un sens qui appartient au monde de la physique : « J’ai compris plus tard le sens de sa démonstration : M’sieur Mikola semblait croire en l’existence d’un réseau énergétique à la surface de la Terre, avec des points de grande intensité (les nœuds) et au contraire des points inertes (les ventres). Sa maison devait être placée sur le nœud le plus proche. »

J’adore ce métier aussi pour tout ce que j’apprends au fil des textes que je traduis. Je suppose que j’en oublierai la grande partie…

« Tziganie » …. je l’invente, ce mot? Oui : Monsieur Mikola explique au narrateur : « C’était là-bas, dans la tziganie, sur ce terrain vague, que se trouvait l’endroit magique. Je l’ai senti dès mon arrivée. J’ai immédiatement perçu le calme pur comme le blanc de la neige, le calme d’avant l’apparition de l’oreille, d’avant la notion de son, jeune homme. Ou peut-être le calme d’avant l’apparition du monde. »

Les chausse-trappes s’enchaînent, j’ai failli écrire ci-dessus « création » au lieu « d’apparition » du monde… C’est différent… qui dit création, dit créateur…

Toujours page 79, découverte de ruines très anciennes lors de la construction de la maison : « des ruines très anciennes qui allaient vers l’abîme de l’histoire »? Non, « qui descendaient vers les abîmes du temps historique ».

Dans la même scène, p. 80 « a avea o casa pe pamânt… » un piège pour qui ne connaît pas cette expression bien roumaine et assez populaire. Elle ne veut pas dire « une maison sur cette terre » ni un appartement situé dans un immeuble, mais une maison avec accès rez-de-chaussée, sans voisin dessous, une maison individuelle construite sur la terre ferme… Mais c’est introuvable dans les dictionnaires… Dans ma version, ce sera simplement « une maison ».

…à suivre, demain, même heure

La maison en forme de navire

La suite de mes notes…

J’arrive au chapitre 8 où le narrateur raconte notamment comment il a acheté en 1981 son étrange maison « en forme de navire », à un certain M. Nicolae Borina, qui se fait appeler Mikola et qui lui raconte sa vie et l’histoire de la bâtisse.

La « maison en forme de navire », nouvel espace fantasmatique aux « dizaines, centaines ou milliers de pièces » dans lesquelles le narrateur erre et se perd au cours de magnifiques promenades entre poésie et surréalisme. Découverte de la tour et du fauteuil dentaire.

Première référence au Solénoïde : inventé par ce fameux Nicolae Borina, élève roumain de Tesla. L’un de ces appareils a été enfoui dans le sous-sol de la maison que le narrateur a achetée.

Où la répétition de « quelque chose » (ceva) mène à une réflexion plus profonde. Et c’est une phrase toute simple, p.77, même si l’on peut admettre que toute phrase au style indirect libre recèle des pièges parfois difficiles à éviter.

J’ai : « Omul fusese la viaţa lui ceva greu de definit: inventator, fizician, arhitect, chiar şi un fel de medic, se numea Nicolae Borina, dacă numele ăsta-mi spunea ceva. »

J’ai donc un problème de répétition (ceva), puis je me heurte au fait qu’en français je n’aime pas dire d’une personne qu’elle est « quelque chose », c’est-à-dire un objet. Enfin, je me pose la question de savoir si je mets un « et » avant « il s’appelait ». Mais je pense renoncer pour respecter le rythme original.

J’ai donc pour l’instant : « Cet homme avait été, au cours de sa vie, plutôt difficile à définir [j’ai enlevé le « quelque chose »] : inventeur, physicien, architecte, il avait même été une sorte de médecin, il s’appelait Nicolae Borina, si ce nom me disait quelque chose. »

Une demi-heure plus tard, illumination. Je reviens sur le début de la phrase et je change « plutôt difficile à définir  » par « inclassable ».

J’ai donc finalement :

« Cet homme avait été, au cours de sa vie, un inclassable : inventeur, physicien, architecte, il avait même été une sorte de médecin, il s’appelait Nicolae Borina, si ce nom me disait quelque chose. »

Phrase suivante : « L-am privit alb ».

L’expression est très évocatrice : avoir un « regard blanc », c’est-à-dire inexpressif. Comme si l’œil n’avait plus d’iris et plus d’âme non plus. Le dico des expressions de Negreanu ne me donne rien. Je connais très bien la formule mais comment la rendre  en français d’une manière aussi ramassée ?

J’opte pour l’instant pour « jamais entendu parler », lapidaire. Et cela a l’avantage d’être dans le registre du discours, puisqu’on est dans un passage au style indirect libre. Pas satisfaite pour autant.

Mais finalement, je ne trouverai pas mieux. Ce sera « Jamais entendu parler ».

…à suivre, lundi, même heure