Article du Monde du 3 février 1989

Par Laure Hinckel dans Blog

Vendredi  3 Février 1989   ROUMANIE Le combat de Doina Cornea   (02 FEVRIER 1989)   Deux médecins de l’organisation humanitaire Médecins du monde, les docteurs Jacques Lebas et Patrick Laburthe-Tolra, viennent de se rendre en Roumanie, où ils ont rencontré Mme Doina Cornea, ex-professeur de français à l’université de Cluj, harcelée par la police pour avoir critiqué le régime. Ils nous ont adressé leur témoignage.   Cluj, capitale de la Transylvanie roumaine, 24 janvier. Comme tous les matins, Doina Cornea a ouvert anxieusement la porte de sa maisonnette du 16, rue Alba-Julia. Elle est soulagée : la voie est libre. Elle sait que lorsque la porte est bouchée par le milicien de garde, elle restera recluse toute la journée dans sa maison, sans droit de sortir. C’est avec chaleur, mais non sans surprise, que Doina Cornea nous accueille. Ces derniers jours, des journalistes américains qui essayaient de la rencontrer…

Article du Monde du 17 janvier 1989

Par Laure Hinckel dans Blog

Mardi 17 Janvier 1989   La clôture de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe La Roumanie n’a voulu prendre  » aucun engagement  » de respecter le document final   (15 JANVIER 1989)   Les trente-cinq pays participants (toute l’Europe sauf l’Albanie plus les Etats-Unis et le Canada) à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, réunie depuis novembre 1986 à Vienne, ont adopté, le dimanche 15 janvier, par consensus, le document de clôture de la CSCE. Celui-ci comporte, en annexe, le mandat pour les vingt-trois pays membres de l’OTAN ou du pacte de Varsovie d’entamer, dans la semaine du 6 mars prochain, des négociations sur les forces armées en Europe. La conférence de Vienne, troisième conférence-bilan dans le cadre des suites de la CSCE après Belgrade (1977) et Madrid (1980-1983), sera close du 17 au 19 janvier en présence des ministres des affaires…

Janvier 1989

Par Laure Hinckel dans Blog

Comme promis hier, voici le premier épisode de ce survol de la presse de 1989, survol assorti des quelques précisions que je peux apporter aux lecteurs de tous horizons découvrant ici une page d’histoire récente.  Aux autres lecteurs connaissant mieux que moi cette période et désirant apporter des commentaires ou des précisions, je précise que les commentaires sont ouverts et disponibles. Bonne lecture! En janvier, plusieurs événements disparates font penser à des galets semés par le petit Poucet de l’histoire en marche : Le 8 janvier, RTL diffuse un entretien avec Valéry Giscard D’Estaing demandant à la France et aux gouvernements occidentaux de sommer Bucarest, comme ils l’ont fait avec l’Union Soviétique, de respecter les accords d’Helsinki. ‘Lancien président évoque le cas de Doina Cornea (voir plus bas), des asiles psychiatriques qui servent à briser mentalement et physiquement les protestataires contre le régime communiste, les persécutions pour délit d’opinion etc. Le 15 janvier 1989, débute…

1989 – 2009 : l’anniversaire des 20 ans vécu au jour le jour

Par Laure Hinckel dans Blog

C’est le moment de vous abonner à la newsletter pour ne rater aucun épisode! Il était une fois une Europe coupée en deux, avec une capitale de l’Allemagne placée à Bonn et des agences de tourisme qui ne vous proposaient jamais par mail de « Spéciale Saint Valentin à Saint Petersbourg 3 jours 2 nuits 937 euros ». D’ailleurs, les euros n’existaient pas. Et Internet balbutiait. Les blogs étaient une vue de l’esprit. « Des racines et des ailes » en direct des Nuits Blanches de Saint Petersbourg ou dans les rues de Prague, c’est bien quelque chose du 21ème siècle. En 1989, pour en venir à la Roumanie, imaginez-vous que même Georges Marchais, le secrétaire général du parti communiste français (vous vous souvenez, « ta gueule Elkabbach ! », c’était lui) félicitait François Mitterrand, alors président des Français, de ne pas se rendre à Bucarest après sa visite en Bulgarie, à Sofia, et de ne pas…

Rose et trandafiriu

Par Laure Hinckel dans Blog

Petit tour dans le lexique des couleurs, ce matin. Imaginez vous le joli mot roumain de quatre pieds, « trandafiriu« , traduit par le tout court et tout plat « rose« ?  Pas dans le contexte qui est le mien (et que je ne dévoilerai pas). Je vous dirais seulement qu’il m’a fallu trouver un adjectif de quatre pieds, certes, mais un mot remplissant autant la bouche qu’un bouton de rose entre la langue et le palais… Mystère sur la solution. Sachez cependant, pour comprendre -mais vous l’aurez deviné- , que le nom « trandafir » signifie rose: la fleur oui, et ensuite la couleur, avec l’adjectif « trandafiriu ». Il se trouve que Trandafiriu est également le nom d’un vin rare et parfumé – élevé du côté de Cahul, en Moldavie. Enfin, pour savourer vraiment cette courte note issue de mes Carnets, prononcez ce mot rond en bouche, à la roumaine :  » tranndafiriou », vous verrez…

1989, année décisive en Europe

Par Laure Hinckel dans Blog

En lien avec la publication du livre d’Adrian Neculau La vie quotidienne en Roumanie sous le communisme , je vous oriente vers ce colloque qui se tiendra à la fin du mois à l’ EHESS: La situation des sciences sociales en Europe, le Mercredi 28 janvier de 10 h à 18 h. Pour ceux qui ne peuvent pas y aller (j’en suis), j’espère qu’il y aura publication d’actes ,à lire en ligne. J’acquiece totalement à l’argumentaire disant : « L’année 2009 marquera l’anniversaire des événements de 1989 qui ont modifié la carte politique de l’Europe, et non seulement. Depuis 1989, la circulation internationale des chercheurs, l’ouverture des archives, l’intérêt manifesté pour l’histoire orale ou les nouvelles formes d’engagement des intellectuels ont contribué à la mise en place de nouvelles structures, ont favorisé l’émergence de nouveaux acteurs ou ont suscité des débats faisant apparaître de nouveaux enjeux politiques et scientifiques. » Vive la…

« L’histoire des ours panda » sur scène

Par Laure Hinckel dans Blog

L’Histoire des ours panda de nouveau sur scène! Vite, vite, je transmets cette information concernant un écrivain et dramaturge que j’apprécie beaucoup (voir les autres notes à son sujet) : Matei Visniec, en photo ci-contre. Le cycle Matéi Visniec, organisé du 03 au 15 février 2009 au Théâtre des 2 Rives de Charenton, est destiné à ceux qui aiment cet atypique venu de Roumanie. Et surtout ceux qui ne savent pas encore de quoi Matéi Visniec est capable pour nous faire prendre conscience, à travers le divertissement, de la réalité du monde qui nous entoure. Sur une période de 15 jours, nous vous proposons une pièce de Matéi Visniec, L’ histoire des Ours panda – mise en scène par Salomé Lelouch – ainsi que deux lectures de ses meilleurs textes lus par Niels Arestrup et Isabelle Lenouvelle, ainsi que trois conférences dirigées par l’auteur. Conférences & Lectures : Entrée libre…

Je suis une vieille coco, de Dan Lungu, sur Evene

Par Laure Hinckel dans Blog

La « vieille coco » en pleine forme! On me demandait en décembre de donner à lire au sujet des romans que j’ai traduit du roumain… Je viens de trouver cette bonne présentation de « Je suis une vieille coco! » par Perrine Verscheldem sur le site de vente en ligne Evene… link « Avec ‘Je suis une vieille coco’, Dan Lungu s’amuse à observer toute une génération à travers le personnage d’Emilia Apostoae. Sociologue de formation, l’écrivain épie son pays et ses habitants, examine leurs gestes et leurs pensées, pour livrer le portrait d’une Roumanie nostalgique d’un régime despotique. Idée difficilement concevable pour celui qui ne connaît de Ceausescu que ce que son livre d’histoire lui en a dit : un homme à la tête d’un régime totalitaire qui finit par être renversé puis exécuté. A travers ce livre, Dan Lungu met des mots et des gens sur une période reléguée aux souvenirs de…

Paix

Par Laure Hinckel dans Blog

Pablo Picasso a intitulé ce dessin Guerre et paix. Le sommeil après la guerre? La paix du sommeil avant le combat guerrier?  La bouche semble esquisser un sourire. La tête est abandonnée. Les yeux clos et les mains au repos, le silence. Quel sentiment de sérénité se dégage de l’ensemble! C’est un cadeau, en ce soir de samedi où l’on entend parler plus bas du désirable sommeil des armes.  comme pour ne pas réveiller la paix qui trouve enfin, peut-être, où se reposer.