Passionnantes Palabres

Par Laure Hinckel dans Blog

Passionnantes Palabres centre-européennes, hier soir (jeudi 3 juin) à l’Institut culturel roumain. Pour la dernière édition de la saison, Alexandre Prostojevic, maître de conférences à l’INALCO et à l’EHESS a présenté les Varia, de l’écrivain et penseur Danilo Kiš. Le problème de ces Varia? Le reste de l’oeuvre est aujourd’hui indisponible! Alexandre Prostojevic a souligné l’importance et la beauté de ces textes courts, notamment quand Danilo Kiš est le penseur, l’érudit, le grand lecteur. Jean-Pierre Salgas, le griot de ces Palabres a fait chorus : les courts textes de fiction ne sont pas à la hauteur du reste. Cela rend encore plus triste le fait que sa très belle trilogie Le Cirque de famille ne soit pas encore réédité. Pour apprécier les Varia d’un grand homme, il est préférable d’avoir lu son oeuvre, non? (Varia, traduit du serbo-croate par Pascale Delpech, préface de Jean-Pierre Morel, Paris, Fayard, 2010.) (L’image ci-contre…

L’Aile tatouée de Cartarescu aux Palabres centre-européennes

Par Laure Hinckel dans Blog

L’Institut roumain, en collaboration avec la Maison de la culture yiddish, la Maison Heinrich Heine, le Centre tchèque, les Instituts hongrois, slovaque, polonais et roumain, Les Amis du Roi des Aulnes, sur l’initiative du CIRCE (Centre Interdisciplinaire de Recherches Centre-Européennes) de l’Université de Paris-Sorbonne et l’Association Adice organisent jeudi une nouvelles séance de leurs PALABRES CENTRE-EUROPEENNES – PANORAMA DES LIVRES SUR L’EUROPE CENTRALE Tous les deux mois, auteurs, traducteurs et éditeurs présentent des livres ayant trait à l’Europe centrale (Autriche, Hongrie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, etc.) récemment parus en français. La séance sera animée par Jean-Pierre Salgas – critique (L’atelier littéraire France-Culture), professeur à l’Ecole Nationale d’Art de Bourges.   Domaine germanique Thomas Bernhard, Mes prix littéraires, traduit de l’allemand par Daniel Mirsky, Paris, Gallimard, 2010. Présenté par Christine Lecerf, spécialiste de littérature autrichienne, journaliste, productrice à France Culture. Domaine polonais Andrzej Stasiuk, Mon Allemagne, traduit du polonais par…

A petites questions, grands débats

Par Laure Hinckel dans Blog

L’Institut culturel roumain a la gentillesse de m’inviter au salon du livre de Bucarest  (la Bookfest) pour une table ronde baptisée « Recettes littéraires à succès ». Cet intitulé me force à me poser plusieurs questions auxquelles je ne pourrais directement apporter que des réponses biaisées… puisque je ne suis que la traductrice de quelques romans… Alors je me suis dit que j’allais collecter des réactions via mon blog, facebook et mon carnet d’adresses et concocter avec ces résultats une mini étude… Ainsi donc, chers lecteurs assidus ou curieurx de passage : *Qu’est-ce, selon vous, que le succès littéraire? *Si vous même écrivez, appliquez-vous des recettes, personnelles ou adaptées de livres de recette? (Je vous livre un extrait de celle-ci, tout juste murmurée à mon oreille par Robert, Grevisse et toute la troupe de copains qui veillent sur les étagères : « cent vingt grammes d’humour, une louche de toupet -autrement appelé talent-,…

Bruges

Par Laure Hinckel dans Blog

De lectures en corrections et de ponts en ponts, mon dernier post date du 21 avril! L’horreur. Alors pour me faire pardonner cette absence, voici deux photos. Des détails saisis dans les rues de Bruges… On dirait une version stylisée des armoires moldaves, surmontée d’un oeil ou d’un poisson.Je trouve ça très joli. J’ai bien aimé aussi ça: Cela me donne envie de déclamer « pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos selles? »

Mécontente

Par Laure Hinckel dans Blog

Oui, pas contente du tout que le Journal de la Mayenne ait publié un de mes textes sous le nom de l’écrivain que j’accompagnais à Laval! Il semble inconcevable qu’une traductrice signe autre chose… qu’une traduction! Certes, il ne s’agissait que de rédiger un texte bien senti pour remercier le Festival et les lecteurs de la Mayenne… Mais tout de même! Surtout qu’elle est écrite au féminin, cette carte postale d’après festival… Comment la confusion a-t-elle pu être possible? Alors voilà, je la publie ici. En précisant bien qu’il ne s’agit pas d’une traduction mais de mon propre texte rédigé au retour du Festival. « Cher Festival de Laval, J’ai arpenté les rues de la ville où tu grandis depuis 18 ans. Car te voilà à la majorité! Et j’étais là, comme on dit. Tu veux que je te dise? Dans mes nombreuses allées et venues entre la péniche sur la…

Ana Ruxandra Ilfoveanu

Par Laure Hinckel dans Blog

Voici une artiste qui aime la littérature. C’est même sa grande source d’inspiration. En 1995, une grande exposition lui est consacrée à Bucarest: elle expose tout une série d’oeuvres inspirées de la lecture du Livre du bonheur de Nina Berberova. Plus récemment, c’est l’oeuvre tragique d’un auteur tragiquement disparue qui l’a inspirée. Vous avez entendu parler d’Aglaja Veteranyi, n’est-ce pas? Cette jeune femme née en Roumanie dans le monde du cirque a vécu en Suisse à partir de ses 2 ans, quand sa famille a fui le pays.  Enfant de la balle, elle a choisi de s’exprimer en dehors des chapiteaux, dans les livres. On connaît surtout Pourquoi l’enfant cuisait dans la polenta, traduit de l’allemand par Marion Graf en 2004 pour les Editions des Péninsules, à l’époque où Eric Naulleau faisait autre chose que se trémousser chez Ruquier. Aglaja Veteranyi s’est donnée la mort en 2002 à Zurich. C’est…

La grenade d’Inga Abele

Par Laure Hinckel dans Blog

Je suis horriblement en retard dans la diffusion du compte rendu de notre Café Bouquins du 20 mars dernier! Et pourtant, ce fut une séance d’anthologie! Inga Abele peut se réjouir d’avoir éveillé tant de passions contraires dans un modeste club chartrain! Le sang de la grenade a coulé, les vents lettons nous ont soulevé. Les fleuves de nos pays ont failli nous emporter. Ceci dit, je ne fais là que vous mettre l’eau à la bouche… Mais il faudra patienter encore un peu avant que j’ai le temps de cogiter un billet qui rende compte fidèlement (heu, non, avec la plus totale subjectivité) de notre dernier Café Bouquins…. L’expérience lettone a été si forte que je rempile avec un volume de nouvelles (encore, j’adore cet exercice littéraire!) de Janis Ezerins, intitulé L’âne rose et toujours publié par l’Archange Minotaure. Et puis je fais des fiches de lectures d’ouvrages roumains….

Entretien Dan Lungu au festival de Laval

Par Laure Hinckel dans Blog

Le Festival de Laval du Premier roman, édition des 18 ans, c’est fini! Ecoutez cet entretien avec l’écrivain roumain Dan Lungu, réalisé par Samuel Pecot entre deux cafés littéraires et tables rondes… Christian Laigle, un sympatique lecteur de Laval a participé au dîner des auteurs du samedi soir. Il nous prête cette photo… …où on me voit en train de présenter une anthologie de 22 écrivains roumains sur laquelle j’ai travaillé (à la demande de l’Institut culturel roumain) pour qu’elle soit prête au moment du Salon du Livre et du festival de Laval… Le Festival du Premier roman de Laval est organisé par une association nommée Lecture en tête. L’association vient de créer une résidence d’écrivain. Jaunay Clan, une poétesse dont vous reparlerai a été la première. Velibor Colic, un écrivain bosniaque présent au Festival, la semaine dernière, et avec lequel nous avons eu de belles discussions, prend le relais….

Festival de Laval avec Dan Lungu

Par Laure Hinckel dans Blog

C’est là que je serai ces prochains jours. Pour sa 18ème édition, le beau Festival du Premier Roman s’ouvre une fois de plus à la littérature européenne : la Roumanie est ainsi mise à l’honneur en 2010.  L’écrivain roumain Dan Lungu a été choisi par les lecteurs mayennais pour représenter son pays. Son premier roman traduit est Le Paradis des Poules et le second, Je suis une vieille coco! Dan Lungu sera face à ses lecteurs samedi 27 mars, à 14h30, au Théâtre, lors de la table ronde sur la littérature roumain contemporaine que j’animerai.

Sorin Ilfoveanu – Portrait avec sauterelle et chat

Par Laure Hinckel dans Blog

  C’est l’oeuvre qui a été mise en vente ce fameux 29 mars 2009 à Paris (voir le premier article de cette mini-série – celui sur Stefan Caltia). Vous pouvez admirer d’autres toiles sur son site personnel disponible en anglais et en roumain. Sorin Ilfoveanu est une pointure de l’art contemporain. Je connais son travail depuis plusieurs années pour une raison toute particulière : il a illustré la couverture de certains des romans de l’écrivain Stefan Agopian… lui-même étant L’AUTEUR que je souhaite le plus ardemment publier en français (que les autres écrivains qui me tiennent également à coeur ne se sentent pas oubliés : tous comptent autant à mes yeux). Allez, pour le plaisir, une photo de l’atelier de l’artiste (retrouvez -la ainsi que bien d’autres sur son site). Prochain artiste : Ana Ruxandra Ilfoveanu…