Comme une écaille

La suite de mes notes…

Samedi 10 février

Je travaille à la traduction de Solénoïde depuis le 31 décembre et je suis prête pour proposer au jury des bourses pour traducteurs, que le CNL attribue sur dossier, une version d’une trentaine de pages de Solénoïde que j’apprivoise peu à peu. Les quatre premiers chapitres. Deadline : 18 février.

Edit :

En juillet, j’ai reçu un courrier de Vincent Monadé m’informant de sa décision de m’attribuer, sur avis de la Commission Littératures étrangères, la bourse du CNL. Grande joie. J’ai poursuivi mon travail avec, en plus de l’amour du texte, le réconfort d’un soulagement financier.

Lundi 12 février

Voilà, j’y suis… Ou comment passer plus d’une heure sur une seule phrase, celle de la p. 119 / 116, en bas… Je suis passée par plusieurs versions avant de trouver le « moi qui », deux mots qui me permettent d’articuler cette longue phrase combinant deux visions opposées, celle du professeur d’école et celle des élèves  « Sous ma carapace d’espèce dominante, moi qui les affrontais par dizaines, qui répandais sur eux, à l’instar des dieux, les rudiments d’une sagesse lointaine, qui masquais mal ma peur, qui étais contraint d’endurer leur haine et leur railleries pendant qu’eux, comme le feu sous la cendre, couvaient sous une fausse soumission, je dissimulais un enfant resté intact, revêtu comme un Charlot de ma propre peau trop large pour lui. » 

Mardi

Voilà, je suis depuis plus d’une heure et demie sur une phrase et quand j’en perçois enfin la syntaxe française, je tombe sur deux noms d’insectes ou d’animaux que je ne connais pas !!!! puric de balta et afida…. Et ils ne sont pas dans le dictionnaire…

Mais quelle vision crépusculaire et inquiétante ! Dans ce chapitre 11 qui décrit la vie à l’école, la fameuse école 86, les élèves sont tour à tour menaçants ou translucides et anémiés, dans les jeux de lumière du grand hall où se trouve aussi le cabinet médical : « Sur un côté du hall, il y avait une file d’enfants, garçonnets et fillettes, silencieux et pâles. Dans le corps de quelques-uns qui se tenaient dans l’ambre liquide d’une colonne de lumière, tu voyais le cœur tout petit en train de battre et la trachée esquissée à la mine de plomb, comme dans le corps de daphnies et de pucerons. »

Je viens de corriger à l’instant un mot tout au début de Solénoïde. Je suis revenue sur « Assomption » pour remplacer le mot par « Dormition » (de la Vierge), la fête du 15 août. C’est à la fois plus juste dans le contexte orthodoxe de la Roumanie et, je trouve, plus clair aussi, en français. Qui sait encore, dans notre monde sécularisé, ce que représente l’Assomption ? Combien de gens confondent ce mot avec Ascension ? Dans « Dormition », il y a « dormir » et soudain on saisit que cette date rappelle le long sommeil de la mort.

Lundi 19 février

Au début du chapitre 11, qui se passe intégralement dans l’école, le jeune professeur parle de ses élèves et il se demande comment il peut, lui, « dieu dérisoire », avec son « obscène stylo à l’encre rouge », les juger. Il y a Palianos (ils appelaient les élèves par leur nom de famille, comme c’était également le cas autrefois chez nous aussi), qui « niciodată nu ştie când se scrie „sa“ despărţit și când legat », autrement dit, littéralement « qui ne sait jamais quand écrire « sa » en deux mots ou un seul ».

Si j’écrivais cela, aucun lecteur ne comprendrait. Je transpose donc cette erreur commune en roumain en une erreur tout aussi commune en français : « elle ne sait jamais quand écrire « s’est » ou « ses ».

10916 signes aujourd’hui en dépit du kiné et des soucis avec les abonnements internet et téléphone. J’ai calculé que je tiens une moyenne de 7500 signes par jour de semaine… Un peu moins que ce qu’il faudrait…

L’auteur fait une comparaison, p.129, entre un nuage et une tache blanche comme celles qu’on a parfois sur l’ongle. En roumain, le mot noiţa (noïtsa) est très joli, et il a l’avantage de ressembler au mot nor, qui veut dire « nuage » : « Cerul era acum roşu ca dat cu ojă, şi un singur nor, ca o noiţă, plutea peste cartier. » D’où la comparaison qui est très riche puisqu’elle allie l’image à la sonorité… Mais en français, la jolie noiţă, on appelle ça une leuconychie… C’est moins glamour, leuconychie. Lunule, ce serait mieux, mais faux : la lunule ne flotte pas au milieu du ciel (de l’ongle) mais se trouverait, par métaphore, plutôt couchée sur l’horizon…

Alors, pour moi, ce sera avec tristesse « Le ciel était maintenant d’un rouge de verni et un seul nuage flottait au-dessus du quartier, comme une tache blanche sur son ongle. »

Je n’ai trouvé la solution que bien plus tard, sur épreuves, après des mois de travail sur le reste du livre. Je voulais moi aussi donner de la richesse à cette comparaison, il fallait deux termes appartenant au même champ lexical à défaut de rimer entre eux. M’est alors apparue le doublet vernis / laque : « Le ciel était maintenant d’un rouge de verni à ongles et un seul nuage flottait au-dessus du quartier, comme une écaille sur la laque. » p.126

Je dis autre chose, c’est vrai, je suis plus proche de la totalité de l’intention que dans la première version.

Tiens ! Gueule-de-loup n’a pas de pluriel ?!

C’est dans ce chapitre 11 que le directeur Borcescu demande au narrateur et au professeur de mathématiques Goia d’apprendre ce que peuvent bien faire les élèves dans l’enceinte de « la vieille fabrique ». Ce bâtiment, la vieille fabrique, hante littéralement tout le livre. Il est aussi le symbole d’un patrimoine architectural industriel en péril à Bucarest et qui compte beaucoup aux yeux de l’auteur. Dans Solénoïde, la fabrique est comme une porte sur le rêve, le rêve énigmatique, freudien parfois, obsessionnel souvent, toujours vivement coloré, très narratif, d’une grande richesse poétique et, on le verra à la fin, le lieu d’une vibrante déclaration d’amour paternel. Je ne sais pas pourquoi, cela me fait penser à quelque part dans le micro-roman REM (publié dans le recueil La Nostalgie) à ce passage où un certain Egor confie à la narratrice, une fillette de 12 ans, un coquillage mais également une mission : celle de rêver. Et si elle s’avère être l’élue, ses rêves s’assembleront et la mèneront vers Le Tout. Ce « tout » est « l’issue », une sorte de dépassement de la condition putride de l’homme. Le même Egor fait lui-même référence à l’Aleph, au passage, et au kaléidoscope dans lequel on voit l’univers tout entier, dans tous les détails de son développement… Ce qui est bien chez un grand écrivain, c’est que l’on y trouve des échos et des thèmes qui se répondent d’une œuvre à l’autre.

Tout est important dans ce premier voyage dans la Fabrique. Une partie de l’imaginaire « biologique » de l’auteur s’y trouve concentrée. Pages terrifiantes de beauté que je traduis au galop d’une sorte de transe.

Attention, spoiler!
Le narrateur retournera dans la Fabrique, dans la dernière partie du livre.

Que je note tout de même, en cette fin de journée, combien il est difficile de traduire (p. 142 et 138 en français) « lada studioului » ! Mais je vais y revenir un de ces jours.

…à suivre, lundi, même heure