Début de révélations sur la résistance au régime communiste

Par Laure Hinckel dans Blog

La chaîne France24 a diffusé le 18 décembre un reportage extrêmement intéressant : il présente le travail de fouilles entrepris par Marius Oprea dans les régions où pendant plusieurs années après la fin de la seconde guerre mondiale et l’installation du pouvoir communiste, des hommes ordinaires ont pris le maquis pour résister. La propagande communiste en a fait des criminels et des nazis. Depuis les années 2004-2005 et les premières recherches dans les archives de la Securitate, depuis la création de cet Institut pour l’Investigation des Crimes du Communisme en Roumanie par Marius Oprea, le voile commence à être levé sur la réalité d’une résistance qui a été soigneusement cachée. Ce reportage réalisé par Mirel Bran montre le travail de Marius Oprea : il retrouve les derniers témoins des crimes et part, pelle à la main, avec son équipe, à la recherche des tristes preuves matérielles . Pour de nombreuses personnes, retrouver un corps ou un…

Roumanie : j’ai participé à l’émission Le Débat sur France24

Par Laure Hinckel dans Blog

​ Moins de vingt minutes de débat autour d’Antoine Cormery, mais quatre invités : Radu Portocala, journaliste et écrivain, auteur chez Larousse d’un livre sur l’exécution du couple Ceausescu, Pierre Verluise, directeur du site géopolitique diploweb, Stelian Tanase, écrivain, en duplex depuis Bucarest et moi-même… http://www.france24.com/fr/aef_player_popup/france24_player# Vous pouvez voir cette émission consacrée au 21 décembre 1989 en suivant ce lien et en cherchant dans le bas de la fenêtre l’émission Le Débat, à 19:30.

Speed booking à l’Esperluète

Par Laure Hinckel dans Blog

Je n’ai pas assisté au dernier Café Bouquins consacré à L’Aveuglement de Saramago (je vais très vite mettre en ligne les impressions de ma complice Geneviève) mais je suis rentrée de Bucarest juste à temps pour aller au speed booking de la librairie L’Esperluète! Nous n’étions finalement pas assez nombreux pour nous livrer à cet exercice rhétorique… alors Olivier L’Hostis, notre hôte, nous a installés sur un canapé orange et des chaises rouges au milieu des piles de livres et des tables chargées d’ouvrages. On était tout près du rayon dragons et vampires en tous genres qui attire tellement de jeunes lecteurs… Mais nos lectures à nous n’avaient rien du catalogue des noirceurs réjouissantes… Et que de découvertes! C’est une simple liste (encore une) mais chacun de ces ouvrages est un coup de coeur. L’entendre présenté par l’un ou l’autre a été un véritable plaisir. Vivement la prochaine rencontre. Et l’on passera peut-être du…

Les livres roumains parus en 2009

Par Laure Hinckel dans Blog

Je voulais depuis quelques semaines donner ici une liste toute simple mais peut-être utile : celle des ouvrages de littérature, traduits du roumain et parus cette année, en 2009: L’Enveloppe noire, de Norman Manea, dans une traduction de Marily Le Nir. L’auteur roumain vivant aux Etats Unis publie aussi en cette fin 2009, et toujours au Seuil Les clowns : Le dictateur et l’artiste, des textes traduits par Odile Serre et Marily Le Nir. L’Aile tatouée, de Mircea Cartarescu : le moment idéal pour le lire puisqu’il raconte la révolution roumaine sous un angle satirique (mais ce que je dis là est très très réducteur). Ils arrivent les barbares, le roman d’Eugène Uricaru, traduit par Marily Le Nir pour les éditions Noir sur Blanc. Vienne le jour : c’était le premier roman de Gabriela Adamesteanu.  Aujourd’hui chez Gallimard, dans une traduction de Marily Le Nir. Je signale aussi le roman de Virgil Tanase, même s’il est écrit…

La Chute du Mur et les intellectuels

Par Laure Hinckel dans Blog

La « victoire de la Mercedes sur la Trabant » et la leçon perdue de la dissidence Entre anniversaire de la chute du Mur de Berlin et préparatifs de la commémoration de la révolution roumaine, il y a le choix, au rayon des rencontres et manifestations.   Samedi, j’ai choisi d’aller assister au colloque « L’Intellectuel dans l’espace public en Europe 1989 – 2009 » qui se tenait dans une salle du palais du Luxembourg. Du public, des intervenants intéressants et, malgré quelques couacs d’organisation, une journée très dense en informations. J’ai d’abord eu la surprise agréable, bien qu’arrivant un peu en retard le matin et  ratant les premiers exposés, d’entendre mon ami Horia-Roman Patapievici, aujourd’hui directeur de l’Institut Culturel Roumain à Bucarest – dont l’amitié remonte à bien longtemps maintenant, puisqu’elle prend sa source dans les années 90 et s’est nourrie avec le temps d’une expérience particulière : la traduction d’un de ses…

Sur France Culture avec Mircea Cărtărescu le 7 novembre

Par Laure Hinckel dans Blog

—- Je rajoute ici le lien pour écouter l’émission : France culture : ici —- **** A suivre, demain samedi à 21h, Mircea Cărtărescu, unique invité du célèbre François Angelier, écrivain et producteur, hôte de l’émission « Mauvais Genres » sur France Culture.  A ses côtés, l’écrivain Nicole Caligaris et le libraire Jean-Yves Bochet*. Je n’ai pas assisté à l’enregistrement et serais bien incapable de vous dire quoi que ce soit de plus alléchant pour vous convaincre d’aller écouter un grand écrivain sur une bonne radio. Mais je peux vous rappeler tout ce qui fait le régal des lecteurs avisés de L’Aile tatouée (et d’eux seulement ! car tout ceux qui ne le lisent pas, ratent quelque chose) : ·       un bildungsroman émaillé de descriptions magiques de l’univers enfantin, ·       un portrait tantôt réaliste tantôt burlesque et ironique de la Révolution roumaine dont on fête les 20 ans cet hiver, ·       un très beau dialogue entre des parents et leur enfant, ·       les aventures tragicomiques d’une…

Rue de la Révolution!

Par Laure Hinckel dans Blog

Il est arrivé, je l’ai reçu hier matin! Et j’ai lu avec grand plaisir les 20 textes composant le recueil…  20 textes pour les 20 ans de la révolution roumaine et un titre excellent trouvé par les compères Dan Lungu et Lucian Dan Teodorovici : en français, cela donnerait Rue de la Révolution, n°89, comme 1989. Ils sont personnels, directs, rythmés, jamais larmoyants. Ils relatent avec sincérité une expérience qu’il est très souvent difficile de partager – le retour à la liberté. Les auteurs étaient éparpillés dans le monde, à l’heure des événements. Ils ont vécu l’instant en Roumanie ou à distance, avec leur propre bagage d’expériences, les uns très jeunes, les autres ayant déjà la profondeur de vue de ceux qui ont traversé les deux totalitarismes du XXème siècle. Il y a les professionnels de la chose écrite et les artistes visuels, dessinateurs et danseurs. Dix-huit auteurs de langue roumaine et deux fantaisistes écrivant ici en roumain…