Je suis une vieille coco, de Dan Lungu, sur Evene

 

Je suis une vieille coco, de Dan Lungu, sur Evene

Par Laure Hinckel dans Blog 21 Jan 2009
La « vieille coco » en pleine forme!

On me demandait en décembre de donner à lire au sujet des romans que j’ai traduit du roumain…
Je viens de trouver cette bonne présentation de « Je suis une vieille coco! » par Perrine Verscheldem sur le site de vente en ligne Evene…
link

« Avec ‘Je suis une vieille coco’, Dan Lungu s’amuse à observer toute une génération à travers le personnage d’Emilia Apostoae. Sociologue de formation, l’écrivain épie son pays et ses habitants, examine leurs gestes et leurs pensées, pour livrer le portrait d’une Roumanie nostalgique d’un régime despotique. Idée difficilement concevable pour celui qui ne connaît de Ceausescu que ce que son livre d’histoire lui en a dit : un homme à la tête d’un régime totalitaire qui finit par être renversé puis exécuté. A travers ce livre, Dan Lungu met des mots et des gens sur une période reléguée aux souvenirs de classe. Le personnage d’Emilia, haut en couleur, symbolise avec justesse la génération de ceux qui condamnent le communisme autant qu’ils le regrettent. Avec une naïveté aussi étonnante que touchante, elle se souvient de sa vie, de son enfance à la campagne à sa retraite difficile, en passant, bien sûr, par sa jeunesse sous Ceausescu qu’elle raconte sur le ton de la confidence. Une innocence qui semble caractéristique des personnes qui ont subi ce régime, préférant se souvenir des jours heureux et oublier les difficultés du passé. Mais l’auteur ne tombe pas pour autant dans la caricature et livre un fidèle compte-rendu, presque une enquête, sur une partie de la société roumaine. Bien que les trois époques soient évoquées dans le désordre et jamais datées, Dan Lungu signe un roman fluide, comme pour mieux servir la richesse des personnages. Tous ont vécu les “années Ceausescu” à leur manière. Avec une plume parfois cynique et une verve bien à lui, Dan Lungu laisse un témoignage qui sonne juste et donne à voir un pays en pleine métamorphose. »

Laisser un commentaire