Le n°67 de Bibliothèque(s) dédié à la Roumanie

Le lundi 18 mars, venez nombreux à l’Institut culturel roumain à Paris pour assister à une discussion publique : Philippe Levreaud, rédacteur en chef du mensuel Bibliothèque(s) présentera le numéro de mars entièrement consacré à la Roumanie.

Nous serons plusieurs à venir vous présenter ce très beau travail. Deux spécialistes de la BnF, Cristina Ion qui a coordonné ce travail et Rodica Paleologue. Sebastian Reichmann, écrivain et traducteur du roman de Simona Popescu (à paraître en 2013 chez Non Lieu), Traian Sandu, historien Paris-3 Sorbonne Nouvelle et Matei Visniec, dramaturge, poète et romancier.

Regardez ci-dessous deux extraits du Sommaire… Cela donne envie!

Bibliothèques

Bibliotheques1.JPG

Institut Culturel Roumain
1 rue de l’Exposition
Paris 75007

Invitation au lancement du roman Le Grand Dépotoir

dépotoir

Lundi soir à Paris, à 19h30.

Vous êtes attendus pour le lancement de ce roman exceptionnel.

Venez rencontrer l’éditeur et découvrir ou redécouvrir l’Institut culturel roumain!

C’est le moment idéal, puisque la littérature roumaine sera à l’honneur au Salon du livre en 2013!

Des lessives claquaient au crépuscule

dépotoir

C’est par cette belle phrase que commence le fantastique roman d’Eugen Barbu! Je suis heureuse d’annoncer que ma traduction en français sort ces jours-ci. Bonne lecture à tous!

 

La Roumanie sera à l’honneur en 2013

La Roumanie sera l’ invitée d’honneur du prochain Salon du Livre de Paris, entre le 22 et le 25 mars 2013…

Ce blog légèrement endormi pour cause d’intense travail se fera l’écho de la préparation de ce Salon. Le CNL, par son président Jean-François Colosimo m’a demandé d’assumer le rôle de conseillère littéraire de cette édition… Dois-je préciser que j’en suis honorée? Tous les lecteurs de ce blog de traduction comprendront aisément.

Du côté des traducteurs, c’est l’effervescence. 25 ouvrages environ sont en cours de traduction ou d’impression, dont une quinzaine de romans! Quatorze traducteurs et traductrices font une croix sur leurs vacances estivales pour vous offrir cet hiver et au printemps prochain de quoi vous faire enfin une opinion sur la littérature produite dans ce pays plutôt mal connu.

J’ai une conviction : cet honneur fait à la littérature roumaine ne représente que le début d’une reconnaissance. Pour apprécier une littérature étrangère, encore faut-il pouvoir en apprécier la diversité, en connaître les auteurs, non? Comment se faire une idée de la vivacité d’une culture quand on ne publie péniblement que quatre ou cinq traductions par an, dont une petite partie seulement d’auteurs contemporains?

A bientôt donc, pour parler romans, essais, théâtre…

Pour ma part, je retourne à la traduction de mes ouvrages en cours!

 

Atelier de traduction à Bruxelles

Samedi 3 mars, en marge du salon du livre de Bruxelles, l’ICR organisait un atelier de traduction. Je m’y suis rendue, car cela m’intéressait de travailler sur le dernier roman de Dan Lungu intitulé « En enfer toutes les ampoules sont grillées ».

Un régal de cogiter à plusieurs sur les questions que pose un texte littéraire quand il s’agit de le traduire.

Dès le titre, le roman de Dan Lungu pose un problème insoluble à notre confrère Jan Willem Bos (Pays Bas) qui ne voit pas comment trouver un mot équivalent à « ampoule » car dans sa langue, le seul terme existant est excessivement technique…

Nous avons un peu discuté aussi sur les différents synonymes choisis par Dan Lungu pour évoquer l’épouse de son narrateur au lever, un dimanche matin… Le héros du roman ne reconnaît tout simplement pas celle qu’il épousa quelques années plus tôt. Sous le coup de la surprise, il parle entre autres de « făptură » et de « creatură » mais aussi de « fiinţă »… Les trois mots viennent du latin et sont assez transparents mais nous découvrons tout un éventail de nuances.

« Creatura », en latin, c’est la création comme résultat supposant un créateur, un fondateur. La définition roumaine reprend ce sens-là d’ « être vivant » par rapport à son créateur et donne à ce terme une nuance péjorative assez évidente de marionnette ou de poupée. Bref, dans l’esprit du narrateur, ce qui se trouve allongé là dans mon lit est doté de capacités cognitives mais allez savoir si ça a une volonté propre ou si ça ne va pas se transformer en autre chose…

En français aussi on peut choisir d’utiliser le terme de « créature » pour désigner une femme et on exprimera ainsi un certain mépris, de la jalousie peut-être ou tout simplement, on signifiera l’étrangeté… jusqu’à utiliser ce mot pour parler de « créatures extraterrestres »….

Dans le dictionnaire bilingue, la définition commence par « créature » et donne ensuite seulement le mot « être ».

Or, dans le texte du romancier roumain, c’est bien un sentiment d’étrangeté que le narrateur éprouve à l’égard de la femme qui partage son lit. Elle lui semble tombée du ciel… ou surgie des enfers.

« Factura », toujours en latin, c’est ce qui est fabriqué, c’est l’œuvre. D’où la définition roumaine de « făptură » qui donne à la fois l’être, la chose vivante mais insiste aussi sur l’aspect extérieur, la conformation, la structure et donne également la nature.

Dans le dictionnaire bilingue, la définition commence par  « être »  et donne ensuite seulement le mot  « créature » … Vive les dico bilingues!

Dan Lungu utilise un troisième mot quasi synonyme !

Fiinţă.

Là encore, le mot vient du latin, d’une forme de « facio », « être fait », « se produire », « être » tout court. Ça se corse.

En français, on se retrouve avec deux mots seulement pour trois notions : être et créature pour fiinţă, făptură et creatură. Je tire de derrière les fagots le mot « personne » qui prouve bien qu’il y a quelqu’un derrière le texte traduit… Une pirouette pour nous en sortir, avant de nous trouver nez à nez devant le texte entier du roman. Là, nous aviserons.

Notre discussion dans le salon blanc et ensoleillé donnant sur un jardin bruxellois impliquait 5 traductrices et traducteurs ayant une expérience différente de la traduction.

Aucun de nous ne s’est amusé à rendre sur le champ une version tenant la route car ce n’est pas l’enjeu direct de ce type de rencontres de traducteurs. Mais nous nous sommes posé des questions… Nous avons réfléchi au sens du texte et à sa facture littéraire, nous avons fait un travail de lecteur expert car c’est là que se trouve le cœur de notre métier.

Finalement, quelles furent nos conclusions ?

Dan Lungu utilise avec finesse ces trois mots en fonction du degré d’étrangeté ressenti par son héros. A chacun de nous d’en capter les couleurs pour les peindre dans sa langue…

Atelier-et-salon-bruxelles.jpg

De gauche à droite: Dan Lungu, Nicoleta Esinencu et Jan Willem Bos.

©Photo Laure Hinckel