Seine et Danube : littérature roumaine en traduction française

Par Laure Hinckel dans Blog

J’étais à Berlin quand les efforts de notre association de traducteurs de littérature roumaine (ATLR) se sont concrétisés par la mise en ligne de …. la revue Seine et Danube, nouvelle série. Je suis heureuse de partager l’annonce de cette parution avec vous! Fruit de plusieurs mois de travail pour toute notre équipe, notre revue on-line est à l’image des objectifs de notre association de traducteurs : originale et généreuse en découvertes. Les textes traduits sont des inédits : ils donnent au lecteur une vision large de la littérature roumaine en traduction française, et ce, dès ce numéro inaugural. Ayant les ambitions d’une encyclopédie permanente, Seine et Danube ne fera qu’élargir son éventail de thèmes, de styles et d’époques au fur et à mesure de sa croissance… Il y aura de la poésie, des extraits de romans, de pièces de théâtre, d’essais. Ainsi, au sommaire de notre premier numéro figurent dix traductions inédites:…

En avant-première: La Croisade des enfants!

Par Laure Hinckel dans Blog

L’idée de choisir cette photo-là pour le superbe roman de Florina Ilis dans la traduction de mon amie Marily Le Nir est géniale! Le roman sortira le 14 janvier 2010 en librairie mais je vous en fais ici profiter en avant-première ! Excellente, donc cette couverture sur laquelle on lit un nombre incroyable de choses. Un bras tendu, paume ouverte, par la vitre baissée d’un wagon de voyageurs: représentation de la liberté saisie au vol, doigts écartés pour tenter d’en attraper davantage. Illustration aussi d’une transgression (en cours? accomplie?) dans notre époque où plus aucun train occidental ne permet de jouir de ce plaisir innocent. Nostalgie, donc, aussi. Le poids de cette transgression est accentué par le titre du roman: La Croisade des enfants. On sent sourdre la violence mais sera-t-elle présente? Il y aura peut-être (sûrement) conflit entre plusieurs mondes, celui des adultes et celui des enfants, celui des laissés pour compte et celui des enfants gâtés. Mais on sent bien que l’auteur…

Berlin… c’est pour demain!

Par Laure Hinckel dans Blog

Certes, l’image est ici rieuse et verdoyante alors que nous allons parcourir ces lieux sous la neige… mais Berlin, c’est Berlin, et je vous raconterai qui j’y ai rencontré et ce que j’y ai vu ou écouté… Le programme n’est pas encore bien fixé, mais il y aura à coup sûr des visites de librairies, un tour par la fameuse Ile des Musées, une jam session, un séminaire en anglais, des achats de Nutella (oui oui!) et de raifort… Et des séances de réconfort genre café, chocolat mousseux ou vin chaud… L’an dernier, Johannes Honigmann me disait en marge d’un entretien qu’il partait s’y installer (et il n’est pas le seul) parce que la vie à Berlin y est plus abordable qu’à Paris et plus tonifiante pour les artistes… Je ne suis pas certaine de pouvoir m’en rendre compte en cinq jours, mais je vous dirai ce que j’en pense… Merci au blog A Berlin de…

Et tout Bucarest est littérature, par David Fontaine

Par Laure Hinckel dans Blog

Pour lire la suite, c’est dans le Canard du 30 décembre 2009, encore en kiosque ce mardi 5 janvier. L’autre bonne raison de l’acheter une fois de plus? Sur la même page, un article d’André Rollin sur la réédition de La Convocation de Herta Müller (Métailié). Et puis une chronique cinéma des « Contes de L’Age d’or » de Cristian Mungiu… Tout cela se complète à merveille.

Début de révélations sur la résistance au régime communiste

Par Laure Hinckel dans Blog

La chaîne France24 a diffusé le 18 décembre un reportage extrêmement intéressant : il présente le travail de fouilles entrepris par Marius Oprea dans les régions où pendant plusieurs années après la fin de la seconde guerre mondiale et l’installation du pouvoir communiste, des hommes ordinaires ont pris le maquis pour résister. La propagande communiste en a fait des criminels et des nazis. Depuis les années 2004-2005 et les premières recherches dans les archives de la Securitate, depuis la création de cet Institut pour l’Investigation des Crimes du Communisme en Roumanie par Marius Oprea, le voile commence à être levé sur la réalité d’une résistance qui a été soigneusement cachée. Ce reportage réalisé par Mirel Bran montre le travail de Marius Oprea : il retrouve les derniers témoins des crimes et part, pelle à la main, avec son équipe, à la recherche des tristes preuves matérielles . Pour de nombreuses personnes, retrouver un corps ou un…